Coeur à la mer

Coeur à la mer
On n’avait pas grand-chose à faire, à 16 ans,
juste le monde à refaire en plus fou.
Serge Gainsbourg grillait ses gitanes en rendant grâce à Dieu,
d’avoir inventé la Havane, Marylou.
De quoi serait fait demain,
on n’en avait rien à faire.
L’avenir était si lointain,
on prenait l’air du temps.

Pour une jeune fille aux yeux verts et au coeur grenadine,
j’avais écrit deux, trois vers à quatre sous,
où je rêvais de la mer
et de mettre les voiles,
pour seuls bagages les étoiles, un peu d’air.

     Un coeur est perdu à la mer.
     Noyé dans ses yeux verts,
     un coeur éperdu
     est perdu à la mer.

On avait nos certitudes,
la peace and love attitude.
On voulait voir la Louisiane.
On chantait « Le déserteur ».
Partir avec Marie-Anne,
respirer le bonheur.

     Un coeur est perdu à la mer.
      Noyé dans ses yeux verts,
      un coeur éperdu
      est perdu à la mer.