L’Angoraphobe

L’Angoraphobe
Natacha passe tout son temps à couver son chaton Pixel,
à toucher son matou Pitchu, et ça me donne mal aux ailes.
Quand elle chante cha cha cha sur un air de Philippe Chatel,
Natacha ma rebelle chante pour moi ses chats car elle
n’a d’autre passion que ses félins qui sont pour elle
les animaux divins des égyptiens qui croient au ciel.

     Je suis l’angoraphobe Et elle m’appelle chaton
     Mais quand elle se dérobe,
     Son petit écureuil me fait oublier tous
     Les minets qui lui font de l’oeil

Elle se fout de moi quand je lui dis qu’je suis fou d’elle.
Elle sait que je ferais tout -oh oui vraiment tout - pour elle.
Si elle le voulait, je s’rais même son toutou fidèle
Mais je ne sais que trop qu’elle ne veut pas de chien chez elle.

Natacha sans ses chats ce s’rait comme Sylvia sans Christelle,
Ou comme Charles Baudelaire sans paradis artificiels,
Lui qui sut si bien dire l’orgueil des chats doux et cruels !
Natacha sans ses chats, ce ne peut être que virtuel.

Je jour où je l’ai vue, deux chats pendus à ses mamelles,
Là j’ai pété un plomb et mon sang-froid s’est fait la belle.
J’l’ai traitée d’tous les noms, de chienne en chaleur, de chamelle
Et ce jour-là sonna le glas de l’amour éternel.